Le point de vue de Florine Pruchon Les 15 ans du partenariat entre la Région Limousin et la Province de l’Oubritenga

Publié le :

Florine Pruchon - Conseillère Régionale des Jeunes du Limousin jusqu’en 2013

JPEG - 5.8 ko

Comment est venue votre implication dans ce partenariat et qu’elles étaient vos motivations au départ ?
Florine Pruchon : J’ai été élue au Conseil Régional des Jeunes (CRJ) du Limousin en décembre 2007. Le Président du Conseil Régional avait souhaité que des liens se tissent entre les jeunes des deux territoires notamment grâce à l’implication du CRJ dans ce partenariat et je me suis retrouvé dans cet objectif.
Je voulais aussi découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, je souhaitais travailler en partenariat avec de nouveaux acteurs et développer mes compétences en gestion de projet. Je souhaitais favoriser l’implication de la jeunesse limousine dans la coopération internationale. Je voulais être utile et mettre en place des projets pour promouvoir un monde plus juste, plus égalitaire et plus respectueux des droits de l’Homme.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ce partenariat et les actions qui ont été mises en œuvre ?
Florine Pruchon : Je me réjouis de l’évolution qu’a connue ce partenariat. Au départ, plusieurs associations limousines avaient des liens avec des associations burkinabé. Puis, petit à petit, le partenariat s’est institutionnalisé. Avec le programme Fasolim , le partenariat a pris une toute autre envergure . Il s’est élargi à de nombreux champs d’activités tels que l’appui institutionnel pour accompagner la décentralisation au Burkina Faso, le volet économique pour contribuer au développement des territoires et l’appui à la société civile, en particulier la jeunesse.
Ce partenariat est aussi riche de la diversité des acteurs limousins comme burkinabé qui se sont impliqués. S’il a contribué au développement socio-économique de la région du Plateau Central, il a notamment renforcé la mobilisation et la participation des acteurs limousins en termes de sensibilisation et d’éducation au développement. Ce programme a rapproché des hommes et des femmes sur les deux territoires, favorisé les échanges d’expériences au Nord, au Sud et entre le Nord et le Sud afin de les fédérer pour qu’ensemble ils contribuent à un co-développement de la région du Plateau Central comme de la région du Limousin.

Après ces expériences, que pensez-vous de ce que doivent devenir les actions de coopération et quel avenir imaginez vous pour ce partenariat ?
Florine Pruchon : A l’heure des coupes budgétaires, j’espère que la région Limousin continuera à voir les points positifs de ce partenariat pour son territoire et son influence, pour ne pas réduire son engagement. Cette coopération décentralisée est importante pour développer ce sentiment d’appartenance à une citoyenneté mondiale et favoriser la solidarité entre les hommes et les femmes. Par ailleurs, à travers les échanges de pratiques, notre région peut également y voir des bénéfices car ces échanges peuvent également nous conduire à modifier nous aussi nos propres pratiques et à s’inspirer de ce qui se fait dans d’autres pays.
Je souhaite que ce programme puisse prendre de plus en plus d’envergure et surtout qu’il aboutisse à de réels résultats sur le terrain : la mise en place d’une véritable décentralisation, le développement socio-économique, l’émancipation des femmes, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour toutes et tous, l’accès à une éducation de qualité et la réduction de l’analphabétisme sans oublier la protection de l’environnement. Je souhaite réellement qu’on arrive à une réelle autonomisation des acteurs et qu’ensemble, tout un chacun contribue à un monde plus juste et plus solidaire. On a tout à apprendre les uns des autres.

Marcel Bouda Annie Burguet Omer Ouedraogo Florine Pruchon Robert Savy Bernadette Zongo Revenir à l’introduction

Région du Plateau Central - Burkina Faso

AgendaTous les événements

Annonces