Le point de vue de Marcel Bouda Les 15 ans du partenariat entre la Région Limousin et la Province de l’Oubritenga

Publié le :

Marcel Bouda - Responsable d’une association agricole

JPEG - 15.7 ko

Comment êtes-vous impliqués dans ce partenariat dès le départ ?
Marcel Bouda : L’Association Burkina 87 est la première ONG à vouloir coopérer avec mon village Donsin. Le village a donc reçu du lycée agricole des Vaseix, une batteuse dont la gestion fut confiée à l’Association Song-Koadba (ASK), une association d’aide aux agriculteurs. Cette batteuse a servi à bon nombre de producteurs de la province, car le rayon d’intervention de l’ASK couvrait toute la province de l’Oubritenga.
Une mission du Lycée des Vaseix, venue au Burkina au Centre de Formation des Formateur Agricole de Kamboincé (CFFA), a profité pour venir à Donsin pour s’enquérir de la gestion de cette batteuse. C’est au cours de ces échanges et au vu de la dynamique de l’ASK, qu’elle a été officiellement impliquée dans ce partenariat.
Rappelons que depuis 1999, ces échanges se sont développés avec le Lycée des Vaseix et a permis à l’ASK de bénéficier de plusieurs formations en agro-écologie tropicale à Limoges comme au CFFA de Kamboincé.Ces actions ont permis de diffuser des techniques agricoles notamment la production du compost et la conservation des sols.

Avec le recul, quel regard portez vous sur les actions qui ont été engagées ?
Marcel Bouda : Le bilan de ce partenariat est pour nous très positif. Avant, il nous manquait beaucoup d’informations par rapport à la gestion agricole. Au fil du temps, il est appréciable de voir à quel point les gens se sont appropriés les techniques pour produire le composte biologiquement. Nous avons invité plusieurs autres villages à adopter ces techniques. Par la suite des formations ont été mises en place dans le domaine du maraîchage biologique. L’ensemble de l’acquisition de ses techniques à grandement fait évoluée la capacité des populations à améliorer les pratiques agricoles que ce soit en matière de sauvegarde de la qualité des sols, de protection contre les maladies liées à un usage abusif des intrants et surtout d’améliorer leur production tout comme garantir leur survie.
Ce partenariat est aussi important car il a favorisé les échanges d’idées pour s’enrichir mutuellement en terme de pratiques.

Après ces expériences, que pensez vous de ce que doivent devenir les actions de coopération ?
Marcel Bouda : J’aimerais beaucoup que les deux régions continuent à travailler ensemble et notamment dans les secteurs comme l’élevage et l’agriculture qui peuvent garantir le plus le développement de l’économie rurale. Il faut aussi penser à préparer les jeunes des deux régions pour la relève des responsables du partenariat. Il faut favoriser les échanges interculturelles pour que ceux-ci puissent imprégner les jeunes à la nécessaire ouverture aux autres cultures et pérenniser l’avenir de ce type de partenariats utiles.

Marcel Bouda Annie Burguet Omer Ouedraogo Florine Pruchon Robert Savy Bernadette Zongo Revenir à l’introduction

Région du Plateau Central - Burkina Faso

AgendaTous les événements

Annonces