Burkina Faso : Lancement d’une caravane sur les droits des femmes Dans la Région du Plateau Central

Publié le :
JPEG - 43 ko
Lancement de la caravane à la Maison de la Femme de Ziniaré - Mardi 1er mars 2016

Dans le cadre du partenariat entre la Région du Plateau Central et la Région Limousin [1] (Programme LIMFASO), la Maison des Droits de l’Homme, en liens avec la CAMOJO [2] et divers autres acteurs [3] organise du 1er au 8 mars une caravane sur les Droits des femmes à travers la Région du Plateau Central. Pour cet événement, la MDH a convié, à la demande des partenaires locaux, l’association du Mouvement Français du Planning Familial de la Haute Vienne représenté par Johanne Hallez pour un partage d’expériences et de points de vue sur les situations économiques, sociales des femmes et de leurs accès à la contraception.

Voici le témoignage Johanne Hallez sur ces premières journées de lancement : Les différents partenaires ont imaginé et élaboré la « caravane des droits de la femme » qui a lieu jusqu’au 8 mars. Cette date est, au Burkina Faso, un jour férié porté et encouragé par toutes et tous. J’aimerai partagé avec vous chaque instant car les moments de partage sont d’une richesse incroyable et les initiatives ici sont époustouflantes. J’ai ressenti que certaines associations et institutions ont aussi besoin de notre présence pour affirmer certaines positons (lutte contre l’excision, contraception)

Le 1er mars nous avons débuté cette caravane à la Maison de la Femme de Ziniaré où se trouve la direction régionale, il faut savoir que dans chaque commune il y a une coordination des femmes, qui appuie et relaye toutes les initiatives et les revendications des femmes. J’ai assisté à Zitenga à la première représentation du spectacle de théâtre forum sur le thème des violences faites aux femmes, 400 spectateurs environ femmes, hommes, enfants étaient présents . Ici comme ailleurs le combat est de chaque instant.

JPEG - 29 ko
La première séance de théâtre forum à Zitenga par la compagnie TBAZ - Mardi 1er mars 2016

Le lendemain, j’ai animé à la demande de l’association une matinée d’information et d’échanges à l’ANPE de Ziniaré ( qui regroupe un centre de formation et un espace de recherche d’emploi) les groupes sont composés de soixante filles et du même nombre de garçons, mais j’ai proposé la non mixité pour cet atelier et les filles en étaient ravies, nous avons commencé par un petit exercice d’étirement et un petit jeu pour briser « la glace » et c’était parti , la question de la contraception et de la santé sexuelle n’est que très rarement abordée et c’est un sujet tabou au sein des familles le partage d’expériences et les questionnements furent d’une grande pertinence et les jeunes femmes étaient très intéressées et actives dans les échanges.

J’ai aussi assisté à un plaidoyer relatif à une loi datant de 2009 sur le quota , il s’agit d’un quota « neutre »qui exige désormais la présence d’au moins 30% de l’un et de l’autre sexe sur les listes lors des élections locales et nationales, mais les femmes déplorent qu’aucun décret d’application ne soit actif et à quelques semaines du prochain scrutin électoral les partis ne respectent pas la loi... Les débats sont très animés et les préoccupations sont un miroir aux nôtres même si le contexte n’est pas le même.

Nous nous sommes, par la suite, retrouvés à l’ASK, située à Donsin (Commune de Loumbila), pour visiter l’unité de production et de transformation de tomates, Niébé(haricots) et soja ,gérée et portée par des femmes, elles ont conçu un projet global mêlant agriculture biologique et autonomie , avec la commercialisation et la transformation .

A voir le diaporama en ligne sur l’ensemble de la Caravane

[1Désormais ALPC

[2Coordination des Associations et Mouvements de Jeunesse de l’Oubritenga

[3APIL, ASK, Coordination des femmes, CRJ, AJAO, DRPFG...

Le fil d’actualités

AgendaTous les événements

Annonces