Istanbul : Un premier Sommet humanitaire Mondial

Publié le :
JPEG - 19.9 ko

Le premier Sommet Mondial de l’Humanitaire (SMH) [1] organisé par les Nations unies se tient du 23 au 24 mai 2016 à Istanbul en Turquie. Il doit réunir gouvernements, autorités locales, organisations humanitaires mais aussi le secteur privé, pour tenter de proposer des solutions et définir un programme pour l’action humanitaire dans le futur à l’échelle de la planète.

Cependant, l’ONG Médecins Sans Frontières considérée comme le premier opérateur d’aide médicale humanitaire d’urgence, dans un article paru dans le quotidien Libération, le 5 mai dernier, a annoncé son boycott de la conférence. L’ONG entend dénoncer de cette façon une accumulation de griefs tels que les restrictions qui son faites par les Etats d’accéder à des populations victimes de la guerre, les violences que subissent les patients et personnels de santé dans ces mêmes pays et les traitements inhumains qui sont de plus en plus infligés aux migrants bloqués aux frontières ou dans les pays soit disant refuges comme l’Australie ou la Grèce.

Sur un ton plus positif, les ONG humanitaires françaises [2] soulignent "qu’il est essentiel que les décideurs politiques, partenaires et bailleurs respectent les principes humanitaires pour faciliter l’action des organisations présentes sur le terrain." Ce qui, manifestement, n’a pas été le cas ces derniers face à l’importance du nombre des populations civiles victimes des guerres, les difficultés ou le manque de volonté des Etats à assurer la protection des populations en danger et l’attaque de divers centres médicaux qu’ils soient gérés par MSF ou Médecins du Monde en Afghanistan, au Yémen et en Syrie

La CGLU (La coordination mondiale des autorités locales) souligne son implication et l’importance de la mise en place d’une Alliance Mondiale pour les Crises Urbaines qui doit être lancée officiellement lors de la tenue de ce sommet mondial. Il s’agit de mettre en place une plateforme qui entend se spécialiser dans la gestion des crises urbaines quelque soit leur nature [3]

Pour sa part, le Centre International de Droit comparé de l’Environnement [4], en lien avec l’Association turque de Recherche en Droit Comparé Constitutionnel (ARDC) entend se saisir de l’opportunité de cette importe rencontre internationale pour proposer le dimanche 22 mai un événement parallèle [5] autour de la Déclaration des Droits de l’Humanité. Il s’agit de poursuivre le processus de reconnaissance internationale de ce projet amorcé lors de la tenue de la COP 21 à Paris en décembre dernier[[A lire l’article publié le 16 décembre sur ce projet de Déclaration des droits de l’humanité.

[1Pour accéder au site officiel de l’événement

[2A travers un communiqué publié sur le site de Coordination SUD

[3A lire l’article sur le site de CUF

[4CIDCE - Le siège est notamment basé à Limoges

[5Pour lire le programme de ce "side event off"

A retenir sur le plan national et international

AgendaTous les événements

Annonces