Morts en Méditerranée : De la gestion sécuritaire des flux migratoires à l’inhumanité

Publié le :
JPEG - 21.8 ko
Lors du Forum Social Mondial de 2013 à Tunis, la liste des victimes mortes en mer Méditerrannée était déjà longue

Dans la situation que vivent les migrants en Méditerranée, les décisions prisent par le Conseil Européen (qui regroupe les gouvernements de chacun des Etats membres) du 23 avril 2015 a suscité surtout l’indignation voir la colère d’un grand nombre d’organisations de la société civile en Europe et dans le monde. Face à ce désastre humanitaire qui a provoqué la mort de 2000 personnes depuis le début de l’année, les seules réponses qui ont été proposées sont jugées comme étant encore beaucoup trop marquées par une vision sécuritariste et militariste de la question.

L’Association Européenne pour la défense des Droits de l’Homme et 32 organisations signataires du continent parlent dans un communiqué de déshonneur du Conseil Européen. Elles dénoncent des Etats Européens qui se confinent surtout dans une posture du chacun pour soi. Elles cherchent à se renvoyer la balle pour ce qui est d’accueillir en nombre les réfugiés et finissent par s’accorder sur des mesures qui restent principalement tournées vers une gestion sécuritaire et militarisée des flux migratoires. A lire le texte du communiqué

Un des graves problèmes soulevés est que les gouvernements confrontés pour diverses raisons à la montée des populismes préfèrent s’enferrer dans une approche stigmatisante des questions migratoires. Le Réseau REMED qui regroupe des organisations des deux rives de la Méditerranée entend pointer "la démagogie du discours politique des pays européens sur l’immigration en Europe" et rappelle que l’immigration est source de richesse économique et de progrès sociale, comme le reconnaissent les institutions européenne elles-mêmes. A lire sur le site de l’organisation

Ce qui faisait certainement la force de l’identité européenne est bien l’affirmation des valeurs et des droits humains universels qui via des traités européens et internationaux accorderaient une importance à la reconnaissance de la dignité humaine. Quand on laisse les migrants se noyer en aussi grand nombre dans la Méditerranée, la simple dénonciation des passeurs apparait un peu courte pour un bon nombre d’observateurs. Ils estiment que les gouvernements européens se défaussent de leur responsabilité tant sur la situation périlleuse que provoque cette stratégie de fermeture des frontières que dans la dégradation de la situation politique qu’ils ont contribué à provoquer dans un certain nombre de pays. A lire l’article de Léonard Vincent sur Bastamag : "Notre Méditerranée est devenue en dix ans la porte de l’enfer

Concord, la plateforme européenne des ONG de solidarité internationale considère que l’approche européenne de forteresse contre les migrations détruit le projet européen, fondé sur la solidarité. Elle demande la mise en œuvre d’une nouvelle politique européenne à travers plusieurs propositions : L’ouverture immédiate de voies de migration légales et sûres, permettant aux migrants de ne pas risquer leur vie ; Le partage de la réception et de la protection à travers l’Europe, y compris les pays non membres de l’UE ; Que l’UE prenne des mesures immédiates pour déployer des opérations de sauvetage dans la mer Méditerranée ; De réels investissements dans le développement inclusif, la création de travail décent, et une protection sociale dans les pays d’origine des migrants, afin que la migration soit un choix et non une nécessité.

Parmi les paroles d’acteurs venus du Sud on peut évoquer le communiqué du FORIM qui est la plateforme française des associations issues des migrations : Dans son communiqué elle souligne l’importance que les autorités de l’Union Européenne doivent travailler au fondement d’une politique migratoire basée sur le respect des droits des migrants. Un engagement responsable, durable et solidaire de la part des communautés aussi bien européenne, africaine qu’au niveau international est aussi nécessaire

L’ONG sénégalaise ENDA Tiers-Monde trouve pour sa part que les chefs d’Etats africains et plus précisément l’Union Africaine sont particulièrement inactifs pour aider à la résolution d’un problème qui menace une partie de la jeunesse africaine. Ils sont responsables car ils ont signé des accords de réadmission des migrants avec les pays européens, ils laissent faire le pillage des ressources. On assiste aussi au déni de la solidarité africaine que constitue la montée des exactions à caractère xénophobe qui se développent dans certains pays d’Afrique comme en Angola ou Afrique du Sud. A lire l’article sur le site d’ENDA Tiers-Monde

Des sites ressources à travers le web pour en savoir plus

-  Migreurop : Migreurop est un réseau européen et africain de militants et chercheurs dont l’objectif est de faire connaître et de lutter contre la généralisation de l’enfermement des étrangers et la multiplication des camps, dispositif au cœur de la politique d’externalisation de l’Union européenne. Le site propose de nombreuses informations sur la réalité du phénomène migratoire en Europe et à travers la Méditerranée

- A lire le dossier sur "Un monde qui s’emmure..." 26 ans après la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, le monde est loin d’en avoir fini avec ses murs. Les États érigent des barrières pour protéger physiquement leur territoire, dans un réflexe identitaire, réactivant le sentiment national et distinguant explicitement un « nous » d’un « eux ». Le dossier a été réalisé par Monde Solidaire de la Flèche pour RITIMO

- Sur la route du rêve américain : A lire l’article de Simon Bouin évoquant cet autre mur qui bloque les migrants d’outre atlantique qui cherchent à gagner l’Amérique du Nord sur le site de Bastamag->http://www.bastamag.net/Sur-la-route-du-reve-americain-une-caravane-a-la-recherche-des-disparus

- Web documentaire sur les réfugiés syriens au Liban : L’ONG Solidarité International propose aux internautes de comprendre la réalité quotidienne de cette crise humanitaire sans précédent. Grâce au web documentaire "Wou Ba’aden" (La vie d’après), vivez la vie d’un réfugié syrien au Liban. Quatre ans de conflit, plus de 210 000 morts, 9 enfants tués tous les jours, 10 millions de personnes loin de chez elles, 1,5 million réfugiées au Liban… Pour accéder au webdocu

Des exemples de campagnes et d’actions de solidarité avec les migrants

- Pétition proposée par le CCFD Terre Solidaire Méditerranée : quand l’Union européenne piétine ses valeurs humanistes

- Pétition d’Amnesty International sur le thème "Ne laissons plus mourir les migrants à nos frontières"

- Une campagne pour un Passeport de citoyenneté universelle

- Quand un couple de millionnaires s’investit dans le sauvetage des migrants en mer en lien avec Médecin Sans Frontières - A lire aussi l’information publiée sur le site de France TV

Migrants

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

août 2017 | octobre 2017

Annonces