Tulle : Formation à la programmation des films documentaires

Publié le :

Peuple et Culture 19 propose une formation autour de la programmation des films documentaires du 5 au 7 février sur Tulle.

Dans une époque où la démocratie, le vivre ensemble, les droits fondamentaux du citoyen sont gravement menacés, un parcours en trois étapes est proposé où l’actualité la plus brûlante des derniers temps n’entraîne pas de fuite en avant irréfléchie et d’addiction aux nouvelles, mais au contraire une tentative de se réapproprier les outils critiques fondamentaux. Ces outils sont un moyen de se mettre à l’abri des réactions émotives simplistes et d’inciter à retrouver la réflexion collective et le travail sur les images et sur les concepts. Les films dont il sera question, réunis en trois programmations distinctes, sont destinés à penser ensemble et à envisager le potentiel d’émancipation du travail du programmateur.

Vendredi 5 février : Réapprendre à voir

Réapprendre à voir, afin de désamorcer les pièges que nous tendent les machines mythologiques des médias, à tout moment. Utiliser à nouveau le montage - ici, entre les films - comme un outil de lecture critique des images et des sons, pour répondre avec plus d’intelligence politique à la violence qu’impose l’urgence d’État au travers de ses appareils. Oser la réappropriation des médias, afin d’en extraire des possibilités concrètes d’émancipation et de libération.
Analyse, échange, travail autour d’une programmation de films.

La projection du soir : Marc Karlin - Between Times (1993) 50 - Salle Latreille , Tulle, 20h30
Essai sur l’avenir de la gauche britannique, Between Times est un voyage à travers les idées et questions traversant les débats contemporains autour du programme de Tony Blair. Il prend la forme d’un échange entre un socialiste, A, qui croit en la possibilité de l’auto-activité de la classe ouvrière et un postmoderne, Z, pour qui tout effort de résistance est vain. Est-il possible, ou même souhaitable, de dessiner une carte politique ? Karlin cherche à dévoiler les présupposés et les conséquences enfouis au sein de la manipulation médiatique.

Samedi 6 février : Lutter ici pour comprendre ailleurs

Il est possible de penser politiquement l’altérité et l’ailleurs seulement si l’on comprend ses effets ici et maintenant. Les questions de l’autre, du réfugié et du migrant nous confrontent aux apories tragiques que les États européens (parmi d’autres) cultivent sans s’y interroger. Savoir lire dans l’actualité les traces d’une époque et trouver les racines de la violences dans l’histoire longue du colonialisme, cela signifie aller voir l’autre et se battre contre le fantasme et contre les préjugés.
Analyse, échange, travail autour d’une programmation de films.

La projection du soir : Nathalie Nambot, Maki Berchache - Brûle la mer (2014) 75’ - En présence de la réalisatrice au Cinéma Véo à Tulle
Brûle la mer se tient au croisement paradoxal entre l’énergie vive d’une révolution en cours, l’élan d’un départ vers l’Europe, et, la violence d’un accueil refusé. Le film guette ce qui constitue la trame sensible d’une existence à un moment de rupture. Ce qu’il y a d’infime, de plus commun, loin de l’exotisme, mais hanté par le rêve, comme un appel. Il ne s’agit pas d’un documentaire sur l’émigration ou la révolution, c’est un essai sur la liberté ou plutôt de liberté : une tentative d’évasion réelle et fictive à laquelle la fabrication d’un film participe, prenant part à ce processus d’émancipation : brûle la mer, les frontières, les lois, les papiers… Qu’est-ce que rompre avec sa vie passée, quitter son pays, sa famille où prévalent encore vaille que vaille des liens très forts de solidarité, d’entraide et un attachement ancestral à la terre, pour rejoindre le monde mythifié et dominé par les rapports capitalistes. Qu’est-ce que : Vivre sa vie ?

Dimanche 7 février : Traces d’histoire

La programmation peut devenir une machine à décrypter les symptômes et les signes dont la réalité qui nous entoure est intimement constituée. Les questions de l’histoire, de la trace, du sens du passé qui se fait sentir sur l’avenir, feront l’objet de cette troisième rencontre. Comment peut-on rendre du sens à des batailles considérées comme étant perdues ? Comment pouvons-nous étudier, en archéologues du présent, les racines profondes des appareils de capture qui nous brident ?
Analyse, échange, travail autour d’une programmation de films.

Modalités pratiques

Les trois journées sont ouvertes à tous gratuitement ( sur inscription par mail à Peuple et Culture david.chadelaud@gmail.com pour prévoir l’organisation - Horaires : de 9h45 à 13h et de 14h30 à 17h et projections du soir.

Les trois jours font un tout et il est préférable d’y participer dans leur totalité, cependant en cas d’impossibilité, une inscription partielle peut s’envisager.

Bloc note des acteurs

AgendaTous les événements

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

Annonces