Pour le respect des droits de l’Homme au travail dans l’industrie du sport...

Publié le :

Violations des droits de l’Homme au travail : un rapport international accable les marques de sport :

JPEG - 23.7 ko

Sur la base des témoignages de plus de 300 travailleurs du secteur sportif en Chine, en Inde, en Thaïlande et en Indonésie, le rapport « Surmonter les obstacles » montre que les violations des droits des travailleurs y sont toujours d’actualité, notamment dans les usines du géant Adidas, sponsor des Jeux de Pékin et de nombreuses sélections olympiques dont la sélection française.

« Les travailleurs fabriquant les produits vendus par les leaders du marché tels qu’Adidas, Asics, New Balance, Nike et Puma sont toujours payés une misère alors que les bénéfices de ces sociétés atteignent des centaines de millions, voire des milliards de dollars » a déclaré Neil Kearney de la FITTHC (Fédération internationale des travailleurs du textile, de l’habillement et du cuir), une des organisations coordonnant la campagne Play Fair 2008. « Ce rapport présente des objectifs clairs que l’industrie doit s’efforcer d’atteindre pour que de réels progrès soient effectués. »

Malgré des codes de conduite adoptés depuis plus de 15 ans par la plupart des grandes marques de sport, les travailleurs continuent de faire face à une extrême pression pour respecter les quotas, à des heures supplémentaires excessives non rémunérées, à des agressions diverses et à des risques sanitaires et de sécurité.
« Pendant des années, les marques de sport ont insisté sur le fait qu’elles ne pouvaient pas augmenter les salaires de manière unilatérale mais nous sommes convaincus que, collectivement, elles le peuvent », a déclaré Jeroen Merk de la Campagne Clean Clothes (CCC).

« Surmonter les obstacles » attire notamment l’attention sur Yue Yuen, le fabricant hongkongais méconnu responsable de la production d’1 paire de chaussures sur 6 à travers le monde et qui compte parmi ses clients les plus importants les marques Adidas, Nike et New Balance.

Un travailleur de l’usine Yue Yuen qui fabrique pour New Balance à Dongguan en Chine a ainsi déclaré : « Je suis mort de fatigue. [...] Nous travaillons sans relâche et avons toujours peur de ne pas travailler assez vite pour fournir les semelles à la chaîne de fabrication suivante… Nous sommes fatigués et sales. »
Le rapport lève aussi le voile sur la condition des travailleurs cousant les ballons en Thaïlande, en Inde et en Chine. Dans l’usine Joyful Long sur le Delta de la rivière des Perles en Chine qui fournit Adidas, Nike, Umbro et Fila, les heures supplémentaires peuvent atteindre 232 heures par mois et le salaire moyen est inférieur à la moitié du minimum légal.

« Surmonter les obstacles » identifie les quatre aspects sur lesquels l’industrie du sport doit concentrer ses efforts : les bas salaires, les recours abusifs aux contrats à durée déterminée et autres formes d’emploi précaire, les violations de la liberté d’association et du droit à la négociation collective et les fermetures d’usines suite à des restructurations. La campagne PF08 a invité les leaders de l’industrie à participer en juin prochain à une réunion à Hong Kong pour discuter du suivi qu’ils donneront à ses propositions.

JOUEZ LE JEU POUR LES J.O.!

Face a cette situation insupportable et devant de telles contradictions, le collectif Ethique sur l’étiquette lance une pétition nationale appelant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) à user de son influence auprès du Comité international olympique (CIO) pour qu’il mette en œuvre des mesures concrètes pour lutter contre les violations des droits des travailleurs dans les entreprises qui fabriquent les produits estampillés JO.

Signer la pétition

Pour en savoir plus :

Collectif Ethique sur Etiquette

Le site de la campagne Play Fair 2008 :

En 2008

AgendaTous les événements

Annonces