Tibet : un peuple et une culture menacés

Publié le :

Marcelle Roux, Présidente de l’association France Tibet, est venue à Limoges le vendredi 20 juin 2008. A la veille du passage de la flamme olympique à Lhassa, à l’occasion de l’organisation d’un concert au bar de "la Fourmi", elle tenait à témoigner de la situation dramatique que vit ce peuple.

Présente à New Delhi, 48 heures auparavant, Marcelle Roux a tout d’abord fait part de l’inquiétude des intellectuels indiens au regard de la posture prise par le premier ministre indien Manmohan Singh qui privilégie principalement les questions liés au business avec la Chine au détriment de la cause tibétaine et des droits de l’Homme. Il faut dire que les rapports avec la Chine sont complexes avec des problèmes de frontières. Dans la région du Ladakh ,on dénombre pas moins de 500 000 soldats pour 300 000 habitants. En février et mars 2008, des bunkers de l’armée indienne ont été détruits par des commandos chinois. Depuis 100 jours, une marche dite du "retour" a été organisée par le Dalaï Lama au départ de Dharamsala (siège du gouvernement tibétain en exil) ,elle devait atteindre la frontière du Tibet le samedi 21 juin. Mais 150 personnes ont été arrêtées par les autorités indiennes quelques jours auparavant.

Au Népal, avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement d’obédience maoïste, la situation est plus que préoccupante. Jusque là ,ce pays était connu pour offrir une voie d’exil, certes difficile, mais qui permettait à des tibétains de fuire la répression. Depuis quelques mois, plusieurs directeurs d’écoles tibétaines ont été arrêtés, des manifestants ont été aussi emprisonnés. L’inféodation de ce régime à celui de la Chine conduit à l’augmentation du renvoi des tibétains à la frontière chinoise où ils risquent la torture et la peine de mort qui se pratique souvent dans le cadre d’exécutions rapides sans procès.

JPEG - 18.9 ko
Marcelle Roux sur scène pour défendre la cause du Tibet - Bar "La Fourmi" à Limoges - 20 juin 2008

La présidente de France Tibet explique que cette orientation, qui consiste à remettre en cause le droit d’asile ,n’existe pas seulement en Europe mais concerne des pays asiatiques comme ceux frontaliers de la Chine tels que l’Inde avec des procédures de reconduites à la frontière qui peuvent impliquer de graves conséquences pour les réfugiés.

Au Tibet, les manifestations du mois de mars 2008 ont été réprimées avec férocité. Même si la censure a atteint un niveau élevé avec l’interdiction pour les touristes et même les journalistes d’aller au Tibet, on déplore très certainement plusieurs centaines de morts. Cependant, cette répression n’a sans doute rien de comparable avec ce qui risque de se produire une fois que les jeux olympiques seront terminés. Comme par le passé, les autorités chinoises usent des moyens de la désinformation en laissant entendre que les moines tibétains détiendraient des caches d’armes, ce qui pourrait légitimer des actions de répression dans peu de temps.

Le Tibet représente 5 fois la France soit 2,5 millions de km2. C’est un territoire qui comporte de nombreuses richesses comme le pétrole, le gaz, les forêts (dont la moitié ont déjà été détruites) et surtout l’eau. Ainsi l’eau pourrait aussi constituer un motif grave de conflit avec l’Inde si la Chine voulait contrôler les cours de fleuves importants qui prennent leurs sources au Tibet comme le Brahmapoutre ou l’Indus. On peut aussi évoquer les dégâts écologiques causés par l’exploitation de l’Uranium et du lithium, l’enfouissement de déchets industriels ou nucléaires comme ceux venus d’Allemagne, le régime modifié des fleuves et la transformation des phénomènes climatiques liés à l’érosion et à la surexploitation des ressources naturelles.

JPEG - 16.6 ko
Plus tôt dans la journée - Lors de la conférence de presse organisée au Club de la presse du Limousin : La présidente de France Tibet entourée de militants locaux

La nouvelle relation ferroviaire entre Pékin et Lhassa est loin d’être un simple outil pour le développement du tourisme. On dénombre aujourd’hui pas moins de 5000 nouveaux colons qui arrivent chaque jour à Lhassa. Les 6 millions d’habitants d’origine tibétaine se retrouveront de plus en plus dilués dans une population de colons chinois (ils sont déjà 1,5 millions). La plupart du temps ,ce sont des chinois pauvres qui viennent servir cette politique de peuplement. Ainsi au delà des nombreuses exactions, des destructions de monastères et des massacres, le peuple tibétain subit chaque jour un peu plus le rouleau compresseur d’un processus qui s’apparente à un génocide culturel.

Marcelle Roux évoque les tensions croissantes entre le Dalaï Lama et une jeune génération qui exprime de plus en plus une volonté d’inscrire la lutte dans la radicalité.

Questionnée sur les Jeux Olympiques, la présidente de France Tibet rejette l’idée d’un boycott par les sportifs. Elle dénonce l’attitude du Comité International Olympique qui s’intéresse davantage aux intérêts de l’argent plutôt que de défendre vraiment les valeurs de l’olympisme. Elle regrette l’absence de courage des hommes politiques hormis le Prince Charles qui est pour l’instant la seule personnalité à avoir annoncé son absence à la cérémonie d’ouverture. Elle pointe le comportement de Nicolas Sarkozy qui après avoir fait des grands discours sur les droits de l’Homme, a vraiment envie de ne pas manquer l’occasion de représenter l’Union Européenne dans cet évènement médiatique de première importance.

Pour en savoir plus :
Le site de France Tibet - www.tibet.fr

En 2008

AgendaTous les événements

Annonces