La Campagne "Alimenterre" en Limousin

Publié le :

Pour lire l’article sur l’édition 2011 de la campagne Alimenterre

2008, l’agriculture sous le feu des projecteurs « L’agriculture au service du développement », tel est le titre du rapport 2008 sur le développement de la Banque Mondiale. Grande nouvelle que ce renouveau de l’intérêt pour l’agriculture alors que seulement 4 % de l’Aide publique au développement est consacrée à l’agriculture dans les pays en développement (source OCDE) quand 75 % de la population pauvre mondiale vit dans les espaces ruraux (source PNUD).

JPEG - 40.9 ko

Face aux « émeutes de la faim », les Présidents Lula da Silva, Nicolas Sarkozy, et bien d’autres, ont fait le déplacement jusqu’à Rome début juin 2008 pour savoir comment nourrir le monde aujourd’hui et demain. Pourtant, en novembre 2006, pas un chef d’État n’avait participé au Sommet mondial de l’alimentation (SMA). En deux ans, le constat est toujours aussi amer : nous sommes loin d’être en mesure d’atteindre l’objectif fixé par les chefs d’État et de gouvernement de 186 pays, lors du SMA en 2002, de réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim d’ici 2015.

En Europe, un bilan de santé de la Politique agricole commune (PAC) est en cours et pourrait impliquer une remise en cause de son fonctionnement. La Commission européenne (CE) a proposé des ajustements qui ne vont pas dans le sens du renforcement de la souveraineté alimentaire. Ils visent davantage une libéralisation de la production et des marchés agricoles.

Face à ces orientations, il est nécessaire de profiter de cette échéance et du volontarisme français lors de la présidence française de l’Union européenne pour obtenir un débat de fond sur la PAC.

Ces grands débats européens et internationaux se développent dans un contexte de hausse record des cours mondiaux des matières premières agricoles, telles que le lait et les céréales.

Les conséquences de cette hausse brutale sont catastrophiques dans bien des villes du Sud dont la dépendance alimentaire s’est accrue année après année. Cependant cette hausse pourrait constituer une opportunité historique à saisir par les petits producteurs du Sud. Encore
faudrait-il qu’ils puissent avoir accès à l’eau, à la terre, aux crédits, aux semences, aux engrais. Encore faudrait-il aussi qu’ils soient à l’abri d’un renversement soudain du marché ou de la concurrence déloyale des importations.

Au Nord comme au Sud, l’adoption de politiques agricoles permettant de se prémunir contre la volatilité des prix et des aléas du commerce agricole international est capitale.

Comment nourrir le monde aujourd’hui et demain ? Comment produire en quantité suffisante des aliments de qualité à des prix accessibles ? Comment ceux qui produisent peuvent-ils en vivre dignement au Nord comme au Sud ? Quelle alimentation souhaitons-nous ? A quel prix
social et environnemental notre alimentation est-elle produite ?

De septembre à novembre 2008, plus de 200 organisations avec le CFSI relayent la campagne ALIMENTERRE et se mobilisent pour interpeller les décideurs sur la nécessité de mettre en oeuvre des politiques agricoles durables, informer l’opinionpublique sur les exemples d’initiatives qui changent la donne, et encourager les
changements de comportements individuels et collectifs.

Depuis 2004, cette campagne est aussi relayée en Limousin

Voir le programme 2009

En 2008

AgendaTous les événements

Annonces