Limoges : Rassemblement pour la libération des prisonniers politiques palestiniens

Publié le :
Image d’archives

Le collectif d’associations comprenant Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) lance un appel à rassemblement pour soutenir les prisonniers palestiniens le samedi 3 mars à 15h à la place de la Motte à Limoges.

Selon les organisations appelant à la mobilisation, l’emprisonnement massif est un outil de répression majeur envers les Palestiniens qui résistent à l’occupation et à la colonisation de leur pays. Ils seraient ainsi 6119 prisonniers [1] dont 330 enfants, le plus jeune n’a que 8 ans, 59 femmes, 11 parlementaires… Les enfants comme les adultes sont arrêtés, poursuivis par la justice militaire israélienne, soumis à l’isolement cellulaire, interrogés, violentés… 850000 Palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967, soit 20% de la population.

Les prisonniers, dont la détention administrative peut être renouvelée tous les six mois, sont retenus pour des motifs purement arbitraires, sans procès, au mépris du droit international. L’Etat d’Israël maintient le blocus à Gaza qui a des conséquences catastrophiques sur la population, il poursuit la colonisation de la Cisjordanie et notamment celle de Jérusalem-Est au mépris des droits humains et du droit international et en toute impunité. Les puissances internationales laissent faire, ferment les yeux et se taisent quand il s’agit des exactions d’Israël.
Nous demandons au gouvernement français et au Parlement européen qu’ils prennent des mesures politiques fortes.

Ainsi, le collectif souhaite demander au gouvernement français et au Parlement européen de prendre des mesures politiques fortes et de suspendre l’accord d’association économique. Il considère que se sont ces seuls conditions qui permettront de relancer les négociations entre Palestiniens et Israéliens. Aussi, une demande sera adressée au gouvernement français pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

[1Quelques exemples : Salah Hamouri, avocat franco-palestinien en détention administrative depuis le 23 août 2017 - Ahed Tamimi, 17 ans, arrêtée le 15 décembre 2017 parce qu’elle tentait de faire partir un soldat israélien de son jardin - Khalida Jarrar, parlementaire, en détention administrative depuis le 2 juillet 2017 - Marwan Barghouti, parlementaire, condamné 4 fois à la détention à vie pour des faits qu’il n’a jamais reconnus.

Bloc note des acteurs

AgendaTous les événements

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

Annonces