Projet de mini-laiterie à Barkoundouba par l’Association DABA Limousin

Publié le :

L’association DABA Limousin s’est rendue au mois de janvier à Barkoundouba dans la commune de Ziniaré dans le cadre de la coopération décentralisée entre Nouvelle Aquitaine et le Plateau Central. Leur mission avait pour objectif la relance d’une mini laiterie, projet pour lequel ils ont été soutenus par la Région.

Ils étaient cinq personnes avec des compétences diverses (ingénierie de projet, commercialisation des produits, communication et animation, architecture et surtout connaissances de l’élevage laitier et fabrication des produits laitiers). Ils avaient comme partenaire principal le groupement de la laiterie Diam Nati (57 femmes), mais aussi l’Union Tabital regroupant les éleveurs. Leurs échanges ont permis de partager un diagnostic de l’entreprise.

A l’arrivée de la mission à Barkoundouba où se situe la laiterie Diam Nati...

Le paysage est balayé par un vent de poussière, qui jaunit le ciel et assèche la terre peu à peu. Il y a ici et là des traces de culture et les zébus cherchent leur nourriture complétée par du fourrage apporté par les éleveurs. Il fait 30 degrés et il fera de plus en plus sec et de plus en plus chaud. La saison des pluies n’a pas été bonne et les provisions en céréales sont basses. La période de soudure en mai juin sera difficile pour tous. Les véhicules sont rangés sous les quelques arbres qui sont proches des habitations. Le village est venu les accueillir. Les membres de la mission vont vivre et partager le quotidien des habitants. Ils assisteront à une séance de vaccination du bétail et à la traite des vaches dans les cours des habitations.

Chaque femme s’installe, accroupie et trait à la main la vache entravée pour la traite. Ensuite une partie du lait sera consommé par la famille et le reste apporté à la mini laiterie. C’est dans un local commun que le lait sera transformé en yaourts puis conservé au frigo. Une partie du lait sera transformée en Gappal qui est une boisson riche et énergisante.Il se déguste en boisson ou séché en petits palets. C’est une boisson typique des populations peulhs du Sahel au nord du Burkina Faso qui étaient traditionnellement nomades et pasteurs et qui sont aujourd’hui pour la plupart sédentarisées comme à Barkoundouba. Le Gappal est préparé avec du petit mil réduit en farine auquel on rajoute un peu de sel et de la farine de pain de singe ( fruit du Baobab). On peut y mettre du gingembre, de la menthe, du sucre. La mixture est ensuite mélangée à l’eau et au yaourt.
Dans la discussion, il sera aussi question des problèmes rencontrés dans la fabrication : la maîtrise du chaud ,du froid mais aussi de la commercialisation difficile avec peu de visibilité des produits au marché et dans les boutiques.

Des échanges nombreux et constructifs avec les femmes transformatrices et les éleveurs

L’ accueil est chaleureux ,et chacun est à l’écoute de l’autre : les questions fusent et les réponses se construisent avec les apports des uns et des autres …..et à chaque fois, ce qui est dit est traduit. Partage d’expériences, d’expertise avec les deux éleveurs limousins en lait bio qui avaient filmé chez eux, leur ferme et le laboratoire de transformation car Fred et Véro font du fromage caillé, des yaourts et des tomes. Ces moments furent intenses et si Boureima a dit : « Je suis allé sur la planète Mars, Fred a dit , moi je suis redescendu sur terre. » Eh oui, ils vivent dans le même monde mais pas les mêmes réalités…

Ce partage d’expériences a été la base de leur approche des problèmes rencontrés et a permis d’élaborer leur compte rendu et leur plan d’actions et d’investissements qui se déroulera tout au long de l’année.

Pour en savoir plus sur l’association Daba limousin

L’actualité du Groupe Nouvelle-Aquitaine Burkina Faso

AgendaTous les événements

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

Annonces