Peuple Sahraoui : un combat de 34 ans et un partenariat actif en Limousin

Publié le :
Mariam Salek Hmada (Ministre de l’enseignement de la République Arabe Sahraoui Démocratique) à la tribune de la salle des Assemblées du Conseil Régional du Limousin

Depuis 10 ans, des enfants du Sahara occidental séjournent 2 mois dans des familles limousines grâce à la coordination du Comité Limousin de Solidarité avec le Peuple Sahraoui (CLSPS). La venue exceptionnelle d’une délégation de cette République a été l’occasion d’une semaine de travail avec les diverses associations et structures impliquées dans ce partenariat.

Jeudi 9 juillet, son Excellence Mariam Salek Hmada, Ministre de l’Enseignement et de l’Education de la République Arabe Sahraouie Démocratique, a rappelé, devant un public attentif et nombreux, les raisons de la lutte de son peuple, privé depuis 34 ans d’un reférendum d’autodétermination pourtant reconnu par l’O.N.U en 1965 et confirmé par maintes résolutions ultérieures. Les droits de l’Homme sont massivement violés, le colonisateur Espagne est responsable du non respect de ce droit à l’autodétermination, le Maroc est coupable de l’invasion d’une partie du territoire , de tortures, arrestations arbitraires, condamnations pour délit d’opinion. La France a une stratégie complice et menace d’utiliser son droit de véto au Conseil de Sécurité de L’ONU pour s’opposer à l’extension de la mission du représentant de la commission des Nations Unies à tout le Territoire Sahraoui colonisé.

Le mur de la honte de 2 700 km, construit par des experts français et israéliens, truffé de mines anti-personnels est le symbole scandaleux du déchirement de ce pays... très riche en phosphates et en ressources halieutiques.

Fatma Mohamed Lamine Balla, directrice du campement du 27 février, a ressitué les conditions dramatiques de vie avec une chaleur étouffante de 45° à 50°, sans eau potable, ni médicaments suffisants.
Toutes deux ont réaffirmé la détermination des hommes et femmes pour chercher une solution politique et non armée à ce conflit, la réussite de scolariser tous les enfants nés en exil, "impossible n’est pas dans notre vocabulaire", l’engagement politique des femmes se préparant à l’indépendance.

Pour Alain Dauger , président du CLSPS , le soutien se fait en contribuant à la sensibilisation sur le martyr de ce peuple et en accompagnant les enfants dans leur scolarité , la formation des maitres pratiquant le français, une bibliothèque et 22 enfants cet été en Limousin.

Contact : CLSPS - Tel. 05 55 00 54 97

En 2009

AgendaTous les événements

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

Annonces