Témoignage sur le Forum Mondial de l’Education en Palestine

Publié le :

Isabelle Granet, chargée de mission en Education au Développement et à la Solidarité Internationale d’Artisans du Monde Limoges était présente en Palestine fin octobre 2010 pour participer au Forum Mondial de l’Education organisé durant quatre jours dans les territoires palestiniens. A son retour elle tient à témoigner sur son expérience :

Quelles étaient pour toi les motivations pour participer à un tel évènement ?

Ce forum se tenait tout d’abord en Palestine, qui abrite un peuple à qui Israël a déclaré la guerre, une guerre qui ne dit pas son nom et je crois qu’il est important que des internationaux se rendent sur place pour constater cet état de fait. Cela touche aussi mon métier chargé de mission en éducation au développement durable et à la solidarité internationale : la participation à ce forum m’a confortée dans l’idée que l’Education est un moyen de lutte contre tous types d’injustices.. C’était aussi l’occasion de rencontrer d’autres associations et d’autres personnes qui ont ce souci de l’éducation.

A quoi as tu participé ?

JPEG - 49.9 ko
Marche d’ouverture du Forum Mondial de l’Education à Ramallah - 28 octobre

Le premier jour j’ai participé à la marche d’ouverture à Ramallah en Cis-Jordanie. J’ai suivi des ateliers comme celui avec un représentant du camp de réfugiés d’Aïda. Il a choisi la « Belle Résistance » : celle du centre Culturel « « Al Rowad » qui nous a montré comment lutter de manière non-violente contre cette invasion israélienne par les arts et la culture ». Les messages passent par le théâtre ou par les spectacles de Dabka (danse traditionnelle), il s’agit de défendre une culture qu’il ne faut surtout pas voir disparaître dans un tel contexte d’oppression. A Bethléem, j’ai également assisté à une réunion faisant état de la formation des bénévoles : il s’agit pour des militants de l’action non-violente de se former à agir en partenariat avec les palestiniens organisés par exemple en comités populaires... J’aurai voulu aussi aller à Gaza mais d’autres français se sont fait refouler donc notre groupe n’a pas tenté le passage.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?

JPEG - 44.4 ko
Manifestation contre l’oppression à Bilin - 29 octobre 2010

A plusieurs reprises, j’ai participé à des manifestations pacifiques contre le mur et l’oppression dont font l’objet les Palestiniens. Ainsi les palestiniens et les internationaux manifestent tous les vendredi à Bilin et les mardi à Al Maasara. Pour eux il n’est pas question d’user de la violence et s’abstienne face aux forces israéliennes de répliquer même par le verbe. Dans ce contexte la présence d’internationaux dont le rôle se limite au statut d’observateur mais ce rôle est, je le confirme, non négligeable. Même avec toutes ces conditions réunis, nous nous sommes trouvés à deux reprises sous le feu de tirs de gaz lacrymogènes et de bombes assourdissantes lancés sans sommation.

Quels sont les autres aspects que tu retiendrais de ta présence en Palestine ?

JPEG - 42 ko
A Bethléem le mur de la honte mesure 10 m de haut

En négatif, ce qui m’a le plus marqué c’est la violence, l’humiliation quotidienne que les Palestiniens doivent subir et l’omniprésence de l’occupation : impossibilité de circuler, la difficulté à s’approvisionner en eau et son coût exorbitant.
On a dormi deux nuits dans un camp de bédouins dans la vallée du Jourdain. La veille de notre arrivée, l’armée israélienne et les membres de la colonie qui jouxte ce camp étaient venus pour intimider les bédouins et les expulser. Le lendemain de notre départ, les colons et l’armée sont venus pour dresser des grillages autour du camp. La vallée du Jourdain est convoitée par Jaffa et Carmel pour la production de dattiers, oranges. A quelques mètres du camp, de vastes serres se dressent : ils espèrent que les bédouins partent pour agrandir l’exploitation agricole.

JPEG - 33 ko
A Bethléem une colonie israélienne qui emprunte la technique d’implantation en « escargot » sur la colline pour contrôler la captation de l’eau.

A Hébron, la visite de la vieille ville est sidérante… C’est un terrible constat : la plupart des magasins sont fermés car les israéliens refusent qu’ils soient ouverts et que les commerçants puissent vivre de leur travail. Les contrôles sont partout même pour entrer à la mosquée. La vie est très difficile, on perçoit vraiment une situation de grande misère, il y a certes l’aide européenne, mais le maïs qui est distribué par exemple aux bédouins n’est que des rebuts de grains . J’ai aussi participé à la cueillette des olives pour un paysan qui ne peut plus accéder à ses champs sans se faire caillasser. Ses champs sont surplombés par une colonie La seule possibilité est qu’il y ait des internationaux à chaque fois pour servir de « protection ».

En positif, j’ai été très touchée par l’accueil dans le camp des bédouins, à Bilin… qui est extraordinaire. J’ai apprécié cette facilité de communiquer même quand on ne partage pas la même langue, cette faculté de partage alors qu’ils n’ont presque rien pour vivre. J’ai été impressionnée par la faculté des Palestiniens que j’ai rencontré de s’organiser pour des manifestations non violentes et de se mobiliser. Il sont très solidaires entre eux. Il souhaitent que les internationaux relayent leur situation et fasse connaître à l’extérieur la dure réalité à laquelle ils sont confrontés.

Quelle expérience tires tu de ton voyage en Palestine ?

JPEG - 44.3 ko
A Hébron l’atelier d’ "Hebron Ceramics and Glass" : Entreprise familiale créée en 1920 - La vaisselle en « bleu d’Hébron » est disponible dans le réseau Artisans du Monde.

Après ce que j’ai vécu sur place, je ressens comme une responsabilité de faire passer de l’information et de faire connaître leur situation. Je pense aussi que l’éducation est un moyen d’action pour défendre le respect du droit international et faire reconnaître les droits des Palestiniens.

Artisans du Monde relaie la campagne « Palestine contre l’occupation israélienne ». Lors de mon séjour J’ai pu voir des céramistes palestiniens à Hébron, cette vaisselle est vendue à la boutique à Limoges.

Crédits photos : Isabelle Granet

Forum Social Mondial

AgendaTous les événements

Annonces