Mobilisation sur le logement mardi 21 décembre à Limoges

Publié le :

Le collectif et l’association des Sans Papiers de la Haute Vienne appellent à un rassemblement le mardi 21 décembre à 17h15 devant la Préfecture pour soutenir les personnes menacées d’expulsion locative et exiger le relogement en urgence des personnes à la rue.

Parmi ceux-là, depuis plusieurs mois, des familles et personnes sans papiers sont installées dans un squat à Limoges. Ils vivent là, sans électricité, sans chauffage et sans eau dans un bâtiment insalubre avec plusieurs enfants. Certains vont à l’école, d’autres plus. Les adultes font comme ils peuvent pour protéger leurs enfants et ramener un peu de nourriture chaque jour, allant chercher de l’eau non potable à la fontaine dans l’angoisse permanente d’être arrêtés par la police et renvoyés dans leur pays. Ils survivent ainsi…à deux pas de chez soi.
Indignés par les conditions inhumaines et honteuses dans lesquelles sont laissées ces personnes des membres d’associations allés les rencontrer. Ils ont pu dire leur désarroi face à l’insuffisance des réponses apportées par les institutions à leurs problèmes quotidiens. Ils viennent d’être assignés au tribunal et sont menacés d’être expulsés de l’immeuble occupé. Ils demandent à être logés décemment et sollicitent notre aide face aux risques d’expulsion sans relogement auxquels ils sont désormais confrontés.

Agissons tous ensembles nous n’avons pas d’autre choix

La précarité et la pauvreté ne cessent d’augmenter, le gouvernement a décidé de restreindre de manière drastique les subventions accordées par l’Etat aux associations chargées de l’hébergement d’urgence des personnes sans domicile. Cette décision entraîne une réduction importante du nombre de places d’accueil malgré un besoin chaque jour grandissant, conduisant à une sélection des bénéficiaires dont les premières victimes sont les personnes sans papiers.

A Limoges aussi

Cette politique jette à la rue des hommes, des femmes (pour certaines enceintes) et des enfants, les obligeant à se réfugier à la gare, sous les ponts, dans les jardins publics, les halls d’immeubles rejoignant ceux qui y « vivent » depuis longtemps. Dans une démarche commune avec les organisations syndicales présentes dans les établissements d’hébergement d’urgence, les services de la Préfecture ont été alerté à plusieurs reprises. Le collectif des sans papiers et les organisations de soutien ont fait connaître par voix de presse le caractère inhumain des décisions prises et leurs conséquences dramatiques pour les personnes. En vain !

Appel à l’aide solennel

Cette politique est intolérable ! C’est pourquoi un appel solennelle est lancé à tous pour élargir la mobilisation.

Lundi 22 novembre 2010, devant la préfecture de Limoges, lors d’une précédente mobilisation sur le logement du Collectif des Sans Papiers

En 2010

AgendaTous les événements

mai 2020 :

Rien pour ce mois

avril 2020 | juin 2020

Annonces