Lettres ouvertes concernant l’hébergement sur Limoges

Publié le :

La Maison des Droits de l’Homme (MDH) a envoyé une lettre ouverte aux députés de la Haute-Vienne ainsi qu’à Madame la Présidente du Conseil Général et à Monsieur le Maire de Limoges, ce jeudi 21 avril, pour attirer l’attention sur la situation des personnes sans logement. La fin de la trêve hivernale et l’absence de propositions de la part de la Préfecture en matière d’hébergement engendrent des situations humaines dramatiques.

Depuis cet hiver et encore bien davantage à la fin de la trêve hivernale, des familles avec des enfants en bas âge et malades, parfois envoyées par les services de l’État, viennent chercher refuge et assistance alimentaire à la Maison des Droits de l’Homme. Or, elle n’est ni foyer d’hébergement ni restaurant social ; sans solution proposée par les services sociaux compétents, toutes ces familles vont dormir avec leurs enfants dans les parcs publics municipaux.

La MDH n’a pas vocation à pallier les carences de l’État mais dénonce les désengagements successifs de celui-ci qui ont des conséquences humaines insoutenables avec notamment un risque sanitaire pour des enfants (dernièrement un bébé de un an a dormi au parc Thuillat avec 40° de fièvre). Devant cette maltraitance institutionnelle, nous exigeons des représentants des pouvoirs publics qu’ils prennent toutes leurs responsabilités. Une réponse matérielle doit être apportée dans l’urgence à ces personnes qui ont droit à des conditions minimales de vie décente.

Pour télécharger les modèles de lettres ouvertes :

PDF - 39.8 ko
Lettres ouvertes aux députés
PDF - 41.1 ko
Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Limoges
PDF - 42.9 ko
Lettre ouverte à Madame la Présidente du Conseil Général de la Haute Vienne

Une soixantaine de personnes rassemblées devant la préfecture de Limoges le vendredi 15 avril 2011 pour le droit au logement des personnes les plus démunies {JPEG}Une soixantaine de personnes, à l’appel d’un collectif de différentes organisations, s’était rassemblée devant la préfecture de Limoges, le vendredi 15 avril 2011, pour dénoncer cette situation

Migrants

AgendaTous les événements

Annonces