28ème festival des francophonies en Limousin

Publié le :
JPEG - 24 ko

Il se tiendra à Limoges et dans divers lieux du Limousin du 28 septembre au 8 octobre 2011. Lors de cette édition, le Festival entend mettre à l’honneur "les révolutions arabes" qui "ont fait basculer l’image que nous avions de ces sociétés soumises, enfermées pour toujours dans la répression" tout en proposant un large tour d’horizon du spectacle vivant francophone : artistes du Burkina Faso, de Suisse, du Niger, de Belgique, du Canada, du Congo, ou d’Afghanistan. Une place sera aussi donnée aux artistes de l’Outre Mer (La Réunion, Mayotte, les Antilles …).

Le cœur du festival sera situé cette année au Champ de Juillet dans un "Magic Mirror" ouvert tous les jours de 18h à minuit avec des concerts gratuits. Une grande journée d’ouverture est programmée le 28 septembre dans la rue avec des spectacles gratuits sous la direction de Salia Sanou, chorégraphe burkinabé le 28 septembre : rendez-vous place de la Motte à 17h30 puis au Champ de juillet à 21h30

A retenir, parmi les nombreux évènements proposés :

- Rencontre-débat sur le thème "Tunisie le 24 octobre : de la révolution à la démocratie ?"
Le 24 octobre, les Tunisiens seront appelés à élire une assemblée constituante chargée de rédiger et de voter une nouvelle constitution.
S’inspirant et se revendiquant de droits universels, la révolution tunisienne a décliné ses aspirations propres dans une Charte : liberté de pensée, égalité homme/femme, séparation des pouvoirs, laïcité… Qu’en est-il aujourd’hui de ces aspirations au moment de les traduire en actes législatifs et alors que des forces réactionnaires, entre autres religieuses, tentent de les limiter ? Qu’est-ce qu’une rupture comme celle-ci peut entraîner dans l’évolution des sociétés voisines du Maghreb (Algérie et Maroc) ? Peut-on la comparer l’effondrement du régime tunisien à celui des régimes communistes en Europe de l’Est ?
Avec les participations de : Yves Aubin de La Messuzière, diplômé de langues orientales et d’islamologie, diplomate, ex-ambassadeur de France en Tunisie, président de MUCEM à Marseille, président de la Mission laïque française, Tahar Ben Jelloun, écrivain (récemment parus chez Gallimard : Par le feu et L’étincelle), président des Francophonies en Limousin, Mehdi Belhaj Kacem, écrivain, Mohamed Kacimi, écrivain , Michel Tubiana, avocat, président de la Ligue des Droits de l’Homme de 2000 à 2005. La rencontre sera animée par Richard Madjarev (ex Directeur-adjoint des Affaires culturelles du Limousin).
Le vendredi 7 octobre à 18h30 à la BFM de Limoges - Entrée libre

- Exposition sous forme de texte, mise en scène et photographies "La porte du non retour" de Philippe Ducros
La Porte du non-retour propose au spectateur de devenir lui-même voyageur solitaire, surprenant les réflexions, parfois enragées, parfois engagées, toujours poétiques, chuchotées dans son oreille. Il entame alors un périple au cœur du continent africain. Celui des réfugiés, des déplacés des guerres, des populations flouées par les exploitations minières. Vécu par Philippe Ducros, ce parcours initiatique est une vraie œuvre de théâtre, dont le texte nous est murmuré et dont les photos composent le décor… Le spectateur devient migrant, fait face au monde et à ses marges, perçoit la vie qui bat, ailleurs.
A la Cite des des Métiers et des Arts - Audioguides en français ou en anglais - Le samedi 8 octobre à 14h la visite sera suivie d’un débat avec Philippe Ducros - Réservations à la MDH - Tel 05 55 35 81 24
- Horaires d’ouvertures de l’exposition : Jeudi 29/09, vendredi 30/09, jeudi 06/10, vendredi 07/10 de 17h à 19h15 - Samedi 01/10 et samedi 08/10 de 15h à 17h15 - Entrée libre dans la limite des places disponibles.

- Théâtre et musique "Moroni Blues" - Conception, jeu et mise en jeu de Soeuf Elbadawi
Manifeste d’utopie pour un mieux-vivre ensemble ou tentative de récit contre la nostalgie des siens ? Un homme raconte sa ville. Une cité insulaire des mers du Sud. Moroni est le principal chef-lieu d’un pays de lune égaré en terre indianocéane… Montage textuel, musique en live, éléments sonores et documents visuels. Moroni Blues se veut poème scénique à géométrie variable. Un projet pluridisciplinaire, à travers lequel l’auteur questionne la relation à l’autre, et ce à partir de son propre vécu dans la capitale comorienne : « Je suis ce fils d’une périphérie éclatée qui court la nuit dans les ruelles défoncées à la recherche de son semblable. J’appartiens à la cité d’en bas. Car il y a bien deux cités en une sur ce bout d’asphalte. Il y a ce vieux Moroni, enfanté par le rêve de Mwazema l’aïeule. Un village replié sur lui-même. Et il y a la ville-Mandibule, qui avale tout sur son passage, la cité capitale des rejetons de la lune…
Au CCM jean Gagnant à Limoges le mardi 4 octobre à 18h30 - 10 euros - la représentation sera suivi d’un débat avec le Collectif de soutien aux sans papiers de la Haute-Vienne sur la situation aux Comores

- Projection du film "Entre deux rives" le mardi 4 octobre à 16h suivi d’un débat au Magic mirror. La rencontre sera animée par le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile de l’ARSL, Varlin Pont Neuf et Passeurs d’images - Entrée gratuite

- Spectacle en dari, surtitré en français "Ce jour là" mise en scène d’hélène Cinque
Avoir 20 ans aujourd’hui à Kaboul. Entre peurs et violence, un seul objectif, la survie. Écrit collectivement par la troupe du Théâtre Aftaab. Ce jour-là nous conte quinze années du chaos afghan, avec pour fil conducteur la vie du salon de coiffure de Monsieur Abass à Kaboul.
De la prise de pouvoir des mollahs en 1995 à l’intervention des Américains, une fresque historique se construit sous nos yeux... Mais grâce à la contribution des comédiens qui ont choisi leur propre vécu comme matériau de création, les récits de ces drames ne manquent
pas de dérision. Ces fables se révèlent drôles et pleines de vie.
Lundi 3 octobre à 19h - Théâtre de l’Union - 10 euros

- Lecture "Terre Rouge" d’Aristide Tarnagda
Poème scénique qui fracture le temps et l’espace, Terre rouge donne la parole à deux frères qui partagent, par-delà les continents, leur solitude. De leurs enfances enfuies, il ne reste que les souvenirs. Comme le double chant d’un seul et même personnage déchiré entre deux âmes, deux terres, deux vies, ils ressentent dans leur corps l’impossible retour en arrière : qu’on soit resté au pays ou parti en Europe, l’enfance est un paradis perdu.
Au bar du théâtre de l’Union le mardi 4 octobre à 12h15 - Entrée libre

Pour en savoir plus sur le Festival voir le site www.lesfrancophonies.com - Billeterie 05 55 33 63 68

En 2011

AgendaTous les événements

Annonces