Rio+20 : Appel à la mobilisation à Limoges pour plus de justice sociale et écologique

Publié le :
JPEG - 15.7 ko

Le Collectif Rio+20* appelle à un rassemblement le mercredi 20 juin à 18h30 place de la Motte à Limoges à l’occasion de l’ouverture de la conférence des Nations Unies de Rio+20 pour revendiquer plus de justice sociale et écologique dans le monde. Cette action s’inscrit dans le cadre de la Journée mondiale de luttes des peuples contre la marchandisation de la Nature et en appui au Sommet des Peuples organisé à Rio de Janeiro du 15 au 23 juin.

Notre modèle économique, basé sur l’exploitation à l’infini des ressources naturelles épuise les milieux naturels, accroit les inégalités et dégénère en crise systémique. Repliés sur des politiques individualistes de court terme et questionnés par le déplacement des hégémonies économiques, les Etats se montrent peu empressés et peu ambitieux pour le sommet. Les dernières négociations intergouvernementales montrent qu’ils demeurent sourds aux propositions que fait la société civile qui veut voir ce rendez-vous planétaire comme le point de départ d’une transition pour un monde plus juste, pour le bien être des populations, pour le renouveau de la confiance avec les institutions et pour une sortie de crises.

Au-delà d’une économie mondiale qui serait devenue verte, uniquement pour sauvegarder les intérêts des acteurs de la finance internationale, nous demandons que soient rehaussées les ambitions que nous voulons à l’échelle de l’humanité :

- Il s’agit de garantir le droit à l’alimentation, à l’eau et au développement.
- L’existence de plusieurs modes de développement doit être reconnu et il faut stopper la marginalisation sociale croissante en investissant dans les services de base dont ont besoin les populations vulnérables.
- Il est nécessaire de défendre les biens communs, qu’ils concernent les milieux naturels, l’immatériel technologique ou culturel, pour permettre l’accès de tous aux biens essentiels. Dans ce cadre, l’expertise des usagers doit être reconnue.
- Des formes de transitions écologiques et sociales qui privilégient l’intérêt général doivent être engagées. Elles reposent sur la recherche d’un nouveau modèle d’organisation sociale et économique fondé sur l’optimisation de l’usage des ressources. Dans cette optique, une forte intégration sociale et territoriale est à rechercher pour chacun. D’autres modes de satisfaction que la sur-consommation doivent être promus.
- Il est plus que jamais nécessaire de construire un socle universel de protection sociale qui repose sur la revalorisation du travail, la sécurisation des parcours professionnels et le développement des emplois de qualité à l’échelle de la planète. Le dumping social doit cesser.
- La société civile citoyenne doit être pleinement reconnue. Il est indispensable qu’elle trouve sa place dans les négociations et les décisions sur les politiques publiques qui seront mises en œuvres à compter du 20 juin 2012 à l’occasion de la conférence des Nations unies Rio+20. Il faut que ce rendez-vous soit le point de départ d’une transition à l’échelle planétaire mais aussi locale affirmant l’accès à une gouvernance mondiale démocratique.

*En Haute-Vienne le collectif est composé des organisations suivantes : Attac 87, Artisans du Monde, les Amis de la Terre Limousin, CCFD-Terre Solidaire, Maison des Droits de l’Homme, Réseau Agriculture Durable Limousin, Sortir Du Nucléaire 87… (premiers signataires).

Pour en savoir plus sur Rio+20

En 2012

AgendaTous les événements

Annonces