Limoges : L’Association Femmes France Niger lance un appel à la solidarité pour venir en aide à un village du Niger ravagé par les innondations

Publié le :

Les fortes pluies enregistrées ces dernières semaines dans toutes les régions du Niger ont fait quelques 400.000 sinistrés et d’importants dégâts. Ainsi, le village d’Abada-Goungou, au bord du fleuve Niger, à 25 km en aval de Niamey, a été "rayé de la carte" ! Afin de venir en aide aux familles d’Abada-Goungou, Femmes France-Niger lance un appel à la solidarité.

C’est grâce au soutien de chacun et à la mobilisation de ses correspondants locaux, que l’ONG pourra soutenir ces familles, contribuer à améliorer leurs conditions de vie et les aider à sortir de la situation de détresse qu’elles subissent aujourd’hui.

Abada-Goungou regroupe une soixantaine de familles d’origine ethnique haoussa mais aussi Zarma , Bella, Peuls et Bambara. L’extrême pauvreté frappe les ménages au quotidien et les villageois ont déjà fait face à de nombreux drames en 1992 la famine, les inondations en 1996, la lutte contre la Jacinthe d’eau en 1997.

Depuis 12 ans, l’ONG Femmes France-Niger œuvre avec les villageoises. Les premiers projets de l’association y ont vu le jour ; un puits, un moulin, une bibliothèque, des micro-crédits, l’alphabétisation ; mais aussi, des relations de confiance, d’amitié et de solidarité.

JPEG - 40.1 ko
Le village d’Abada-Goungou avant et après les innondations

Dans la nuit du 20 au 21 Aout 2012, le fleuve dans une fureur extrême a englouti le village dans sa totalité, seul le minaret de la petite mosquée pointe vers le ciel pour nous rappeler qu’ici vivaient des familles de pêcheurs Sorko venus de Gaya il y a plus de 60 ans pour trouver une vie meilleure.

La digue n’a pas résisté, les familles ont perdu en quelques instants le peu qu’elles possédaient. II faut parer à l’urgence ! Les villageois d’Abada-Goungou ont besoin d’abris, de nourriture, de vêtements, de couvertures. De plus, l’eau boueuse stagnante représente d’importants risques d’épidémie notamment de choléra et de paludisme.

Les villageois sont aujourd’hui réfugiés dans les petites paillotes qui servent de classes à l’école du village. Ces "bâtiments" situés en amont sur un léger promontoire ont résisté au désastre.

- Contact pour plus d’information ou apporter votre soutien : Femmes-France-Niger - 84, rue d’Auzette - 87000 Limoges - France
infos@femmesfrance-niger.org - www.femmesfrance-niger.org

La vie des acteurs limousins

AgendaTous les événements

Annonces