Limoges : Réaction du MRAP suite à la nomination du Front National à la tête d’une sous commission de surveillance des associations

Publié le :
JPEG - 5.1 ko

Le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples de Haute Vienne (MRAP 87), dans un communiqué en date du jeudi 2 octobre, vient de réagir, suite à l’attribution par le Maire de Limoges, de la présidence d’une sous commission de surveillance au Front National des associations présentes dans la capitale Limousine.

Cette décision est intervenue lors de la séance du Conseil Municipal du mardi 30 juin. L’association s’inquiète en particulier, qu’à l’instar de ce qu’il se produit dans d’autres municipalités détenues par le Front National, qu’une telle décision risque de se traduire par le musellement du MRAP et de toutes les organisations de défense des droits de l’Homme.

Le texte du communiqué :

Lors du conseil municipal de la ville de Limoges du 30 Septembre 2014 le groupe Front National, s’est vu attribuer la présidence d’une sous commission de surveillance des associations présentes dans la capitale Limousine par le Maire Émile Roger Lombertie, qualifié de « profondément démocrate » par le parti d’extrême droite.

Le comité local "Limoges Haute Vienne" du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) tient à affirmer son indignation devant la mise en avant par le Maire de Limoges de ce parti, plusieurs fois condamné pour racisme. Rappelons que ce parti qui refuse de se dire héritier de l’idéologie qui a produit l’hécatombe de la seconde guerre mondiale stigmatise dans ses discours toutes les minorités, étrangers, homos...et plus généralement ceux et celles qui ne pensent pas comme lui, syndicalistes, militants des droits de l’homme... Il s’agit en fait d’une perspective porteuse des pires dangers pour la démocratie, donnant les pleins pouvoirs à un « guide », comme cela se passe aujourd’hui en Hongrie.

A l’instar de ce qu’il se produit dans d’autres municipalités détenues par le Front National une telle décision risque de se traduire par le musellement du MRAP et de toutes les organisations de défense des droits de l’Homme.

Compte tenu des risques représentés pour la vie associative de Limoges et particulièrement pour la lutte contre le racisme, le MRAP demande solennellement à son Maire de retirer la responsabilité de la commission de surveillance des associations au groupe du Front National dont l’action est construite sur le principe de la "préférence nationale". Le MRAP assure en tout état de cause qu’il continuera d’agir pour l’égalité de toutes les personnes présentes sur son sol, Français et étrangers, blancs et noirs, juifs et arabes, hommes et femmes...

- Pour en savoir plus sur le MRAP 87

En 2014

AgendaTous les événements

Annonces