Retour sur la rencontre avec Hamid Fadhel, de l’association Rencontre et Développement en Algérie

Publié le :
Lors de la rencontre à la MDH avec Hamid Fadhel - lundi 29 janvier 2018

Ce lundi 29 janvier 2018, la Maison des Droits de l’Homme a accueilli Hamid Fadhel, secrétaire général de l’association Rencontre et Développement, basée à Alger. Plusieurs associations limougeaudes étaient présentes pour le rencontrer : l’association des Sans Papiers, la Ligue des Droits de l’Homme et le Collectif Chabatz d’Entrar.

Hamid Fadhel est alors venu témoigner de la situation des migrants présents en Algérie et de l’action de l’association Rencontre et Développement.

Le Président de l’association, Jan Heuft, est un Père Blanc. D’origine Hollandaise, il vit en Algérie depuis de nombreuses années. Il était également professeur à l’école des sourds en Algérie. Hamid Fadhel s’est engagé à ses côtés dans l’association depuis maintenant 17 ans. Deux autres personnes travaillent également pour Rencontre et Développement (l’équipe est composée de 4 personnes).

Par ailleurs, l’association travaille en lien avec une plateforme regroupant diverses associations comme Médecins du Monde, la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, Green tea, Caritas, etc.
En Algérie, les migrants n’ont pas de possibilité d’obtenir un statut, excepté celui du droit d’asile délivré par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). La loi algérienne interdit l’aide aux migrants.

Les principales activités de l’association sont les suivantes :
- L’aide au retour volontaire dans le pays d’origine
- La scolarisation des enfants
- La formation professionnelle (les diplômes algériens sont très reconnus dans les pays d’Afrique subsaharienne)

Rencontre et Développement organise également depuis plusieurs années des colonies de vacances pour des enfants de toutes origines.

Hamid Fadhel nous explique que l’association est souvent présentée comme la "pompe à essence" de la ville "parce que les gens passent", "prennent de l’aide" et repartent dans de meilleures conditions. Il est important pour Rencontre et Développement de ne pas prendre pitié afin que les migrants "gardent leur dignité", soulignait Hamid Fadhel. Il nous expliquait qu’un certain recul était nécessaire pour pouvoir travailler car ils se retrouvent confrontés à des situations parfois très difficiles. D’autant plus que des problématiques ressurgissent : lorsque des pays ne s’entendent pas entre eux, ces désaccords ressurgissent lors des migrations, et ce même dans le pays d’accueil. Certaines tensions peuvent donc être présentes entre les migrants.

Echanges sur la situation des migrants entre les deux rives de la Méditerranée

La rencontre a permis divers échanges autour de la difficulté que sont celles des migrants aussi bien à Alger qu’à Limoges. Il a été aussi question de la problématique croissante de la sous traitance de la gestion des flux migratoires par les pays de la rive sud de la Méditerranée à travers des accords de partenariats avec les pays de l’Union Européenne. Il y a également la nécessité que les droits des migrants devraient être davantage reconnus par le Droit International. Pourquoi ne pas aller vers plus d’équité dans la gestion des flux migratoires et par l’organisation d’une conférence internationale où les nations s’engageraient à prendre en charge une partie du problème à l’instar de ce qui se fait dans le cadre de la lutte contre le changement climatique ?

- Article à lire pour en savoir plus sur le contexte de la venue d’Hamid Fadhel à la MDH

Le fil d’actualités

AgendaTous les événements

Annonces