Dénonciation des ONG concernant le refus de visa d’Aminata Traoré du Mali

Publié le :

Suite au refus de la France de délivrer un visa à Aminata Traoré, le CRID et plusieurs autres ONG ont rédigé le communiqué suivant :

Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali et militante altermondialiste, s’est vue refuser le renouvellement de son visa de circulation par le consulat de France, alors qu’elle devait se rendre en France et en Allemagne à l’occasion de plusieurs conférences mi avril.

JPEG - 11.7 ko
Aminata Traoré lors de l’une de ses interventions au Forum Social Mondial de Tunis en mars 2013

Nos organisations considèrent que le droit à l’expression est indispensable au débat démocratique, y compris quand il s’agit d’un point de vue critique sur la politique menée par le pays concerné par l’octroi du visa. Doit-on penser qu’il y a un lien entre les positions publiques d’Aminata Traoré sur l’intervention de la France au Mali et ce refus de visa ?

Nos organisations, alors même que leurs appréciations et positions publiques sur l’intervention de la France au Mali et ses prolongements actuels peuvent être différentes, désapprouvent unanimement qu’une personne dont les apports dans les débats internationaux et les liens avec les mouvements de solidarité internationale sont incontestables, soit ainsi privée de parole en étant privée de visa.

Elles réaffirment leur attachement à la liberté d’expression, à la nécessité de débats citoyens et transparents sur des questions aussi graves qu’une intervention militaire de cet ordre et au droit de circulation des personnes.

Organisations signataires : ADER, AITEC, Avenir Social, CRID, Emmaüs International, Fédération Artisans du Monde, France Amérique Latine, France Libertés, le Mouvement de la Paix, Peuple et Culture, Ritimo, Terre des Hommes France, Survie

En 2013

AgendaTous les événements

Annonces