Un rassemblement à Limoges à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

Publié le :

Le collectif des organisations suivantes (premiers signataires) : Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, PCF, Maison des Droits de l’Homme, les Verts, Ligue des Droits de l’Homme, ADS, FSU, LCR, MRAP appellait à un rassemblement le samedi 29 novembre à 15h – place de la Motte à Limoges pour la justice et les droits du peuple palestinien.

29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) vote le partage de la Palestine en un état juif et un état arabe. En 1974, l’ONU déclare le 29 novembre : Journée Internationale de la Palestine. En 2008, il faut imposer la justice et les droits des Palestiniens.

Avec les organisations internationales, israéliennes qui militent en faveur du respect des droits des Palestiniens, nous réclamons la levée immédiate du blocus de Gaza, la fin de l’occupation et de la colonisation, de l’édification du mur et du régime d’apartheid. Ce sont les seules conditions pour qu’une paix juste et durable s’instaure entre les peuples palestinien et israélien.

L’article 2 de l’accord d’association Union européenne – Israël prévoit le respect des droits humains et du droit international. La France et l’Europe doivent suspendre l’application de l’accord d’association tant que l’état d’Israël ne respecte pas ses engagements.

La France, l’Europe et l’ONU doivent et peuvent briser ce blocus ainsi que faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il stoppe sa politique d’occupation, de colonisation et d’apartheid.

JPEG - 35.6 ko
Le rassemblement du 29 novembre 2008 à Limoges

La Cisjordanie est occupée et colonisée par l’état d’Israël. Le mur de l’annexion et de l’apartheid enferme les Palestiniens, vole leurs terres, leur eau et détruit l’économie. Ce mur a été déclaré illégal par la Cour International de Justice (CIJ) en 2004. Son avis a été repris par les 25 pays de l’Union européenne d’alors et n’est toujours pas appliqué.

La population palestinienne compte prés de 5 millions de réfugiés dont la plupart vivent dans des camps misérables. Jérusalem-Est est encerclée par les colonies israéliennes et le mur qui continuent de s’étendre, des habitations palestiniennes sont détruites et le nouveau maire a déclaré que Jérusalem est la capitale d’Israël, ce qui veut dire qu’il ne sera favorable a aucune concession sur le statut de Jérusalem.
Plus de 11000 prisonniers dont plus de 50 élus, députés et maires, des centaines de femmes et d’enfants croupissent dans les geôles israéliennes au mépris de toutes les lois internationales. Le jeune franco-palestinien, Salah Hamouri a été condamné à 7 ans de prison sans aucune preuve.

A Gaza, 1,5 millions d’habitants sont les otages du gouvernement israélien, lequel n’hésite pas à bloquer tous les points de passage privant ainsi les habitants de l’aide humanitaire internationale. L’essence qui alimente la seule centrale électrique du territoire ne peut plus être fournie. Ce blocus constitue une punition collective inhumaine qui viole les conventions de Genève et constitue un crime de guerre.

En 2008

AgendaTous les événements

Annonces