Les agrocarburants, ça nourrit pas son monde

Publié le :
JPEG - 17.7 ko

Le monde est désormais confronté à un double problème énergétique :

nos réserves de pétrole diminuent tandis que la planète se réchauffe...

L’Union européenne voit alors le recours aux agrocarburants comme une
réponse pour assurer nos approvisionnements en énergie pour les
transports, et lutter contre le changement climatique.

Les agrocarburants : une solution miracle ? Bien au contraire...

Nos partenaires du Sud s’alarment des impacts catastrophiques d’un
développement à grande échelle des agrocarburants, et ce à tous les
niveaux : environnemental, social et alimentaire.

Les scientifiques émettent des doutes sérieux sur leurs avantages
écologiques, en particulier sur leur contribution à réduire les émissions de gaz à effets de serre. Issus de monocultures intensives, les agrocarburants accélèrent notamment la déforestation : en Indonésie,
l’équivalent en forêt d’un terrain de football disparaît toutes les 10
secondes pour faire place aux plantations de palmiers à huile.

Ce n’est malheureusement que la partie visible de l’iceberg.

Crise alimentaire

Les agrocarburants menacent aujourd’hui les populations locales et les
cultures vivrières, en accaparant la terre et les ressources naturelles.
Alors que des centaines de millions de personnes sur notre planète
souffrent d’extrême pauvreté et de faim, poursuivre le développement
massif des agrocarburants ne fait qu’aggraver la crise alimentaire mondiale.
Pourtant, pour les populations rurales des pays du Sud, la production
d’agrocarburants destinée à la consommation locale peut représenter une opportunité d’accéder à l’énergie. Produits à petite échelle et bien
utilisés, ils pourraient renforcer une agriculture de proximité, source
de revenus. Mais ce n’est pas ce type de culture qui est mis en avant
par l’Europe !

Surconsommation

Loin de favoriser un modèle de développement moins consommateur
d’énergie, les agrocarburants entretiennent la surconsommation dans le
secteur des transports.

Pour s’attaquer véritablement aux problèmes posés par les
agrocarburants, il est nécessaire d’articuler notre action aux échelles
européenne, nationale, locale et individuelle. Cette cohérence est
essentielle pour lutter efficacement contre les politiques promues en
dépit du bon sens. Ce ne sont pas des solutions aux défis auxquels est
confrontée la politique énergétique : elles servent en réalité les
intérêts particuliers de quelques industries.

C’est pourquoi nous demandons dans cette campagne :

> Au président de la République, Nicolas Sarkozy, actuel président du
Conseil Européen :

- d’appeler les chefs d’État et de gouvernement du Conseil Européen à
s’opposer à l’objectif obligatoire proposé par la Commission européenne
d’une incorporation de 10% d’agrocarburants dans les carburants d’ici à
2020 ou à tout autre objectif
chiffré.

> Au ministre de l’Agriculture, Michel Barnier :
- d’oeuvrer à une révision du "planbiocarburants" français, en
supprimant l’objectif d’une incorporation de 10% d’agrocarburants dans
les carburants d’ici à 2015, et tout autre objectif chiffré ;
- de revenir sur les mécanismes de soutien à la filière agrocarburants
française.

> Aux présidents des conseils régionaux :
- de développer les transports publics de passagers et le ferroutage
pour les marchandises, comme alternative au transport routier,afin de
réduire la surconsommation de carburants.

Les organisations engagées dans cette campagne
Les Amis de la Terre - CCFD - Oxfam France – Agir ici
Partenaires du sud : Institut Dayakologi - Synergie paysanne - FASE -
CINEP et ASCOBA

avec le soutien de 4D,Action catholique des femmes,Agir pour
l’environnement, AITEC, Artisans du monde, ASAH, ATTAC, AVSF, CFSI,
Confédération paysanne, CRID, Étudiants et développement, Frères des
Hommes France, Greenpeace, HELIO International, La Garance voyageuse, MRJC, Nature et progrès, Oxfam-Solidarité, Peuples solidaires, Réseau Foi et justice Afrique-Europe, Réseau "Sortir du nucléaire", Ritimo, Terre des Hommes France, Union syndicale Solidaires.

Relais de la campagne dans des lieux publics à Limoges à l’occasion de la Semaine de la Solidarité Internationale :

- Mercredi 19 novembre - Place Aimé Césaire (médiathèque de Limoges).

- Samedi 22 novembre de 10h à 18h - Place de la Motte à Limoges en partenariat avec la CRESS (Le Mois de l’Economie Sociale et Solidaire).

Plus d’infos et participer à la campagne de pétition :
www.agrocarb.fr

En 2008

AgendaTous les événements

Annonces