Mobilisation à Limoges contre l’enfermement à Gaza

Publié le :

Un rassemblement à l’appel des organisations suivantes Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, ADS, FSU, LDH, MDH, NPA, Jeunes NPA, PCF, Jeunes Communistes, les Verts, Jeunes Verts, MRAP…(premiers signataires) est organisé le Vendredi 27 novembre à 17h devant la mairie de Limoges

Il s’agit de demander au gouvernement français, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien du 29 novembre, d’agir fermement pour obtenir :

- La réouverture complète de la bande de Gaza, afin notamment d’en
permettre la reconstruction ;
- La mise en place d’un dialogue avec tous les représentants du
gouvernement palestinien ;
- La mise en œuvre, par le Conseil de sécurité des Nations unies,
des recommandations du rapport de la mission du Conseil des droits de
l’Homme menée par le juge Goldstone.

L’action symbolique consistera à ce que chaque personne apporte devant la mairie un échantillon d’un produit n’entrant pas dans la bande de Gaza (matériaux de construction, matériel scolaire, ampoules, bougies, allumettes, livres, jouets, instruments de musique, crayons, vêtements, chaussures, matelas, draps, couverture, couverts, tasses…).

Voici 5 ans que la Cour internationale de justice de la Haye a déclaré
illégal le Mur construit en Cisjordanie, dernier outil en date du vaste
régime de contrôle israélien, au bénéfice des colonies. La Cisjordanie est maintenant fragmentée en 6 zones, séparées les unes des autres. Pour les Palestiniens, 38% de leur territoire, notamment Jérusalem-Est, est inaccessible. Peu à peu, dans le silence de la communauté internationale, les Territoires palestiniens suffoquent.

C’est déjà le cas dans la bande de Gaza, symbole exacerbé d’une punition collective. Ce territoire est déjà depuis plusieurs années l’objet d’une politique de cloisonnement qui le conduit à la limite de l’asphyxie et ne doit sa survie qu’à l’aide internationale. En décembre 2008, il a été la cible de l’attaque israélienne la plus violente depuis 1967, dont les destructions humaines et matérielles ont été innombrables. Selon le rapport de la mission des Nations unies menée par le juge Goldstone : « des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité ont été commis par les forces armées israéliennes ».

Comme l’ont dénoncé 56 lauréats du Prix Nobel et 202 eurodéputés
signataires de l’appel « Ouvrez les portes » : « sur une liste de 4 000 produits autorisés par Israël (avant le siège imposé en juin 2007) 30 à 40 seulement sont tolérés aujourd’hui ». Aucune exportation n’est autorisée.

Les produits les plus basiques comme les matériaux de construction,
l’essence, les vêtements, ou même le matériel scolaire, sont régulièrement interdits.
Aujourd’hui, 8 mois après l’attaque israélienne, la reconstruction de la
bande de Gaza est totalement impossible. Cadenasser une population pendant 3 ans, la soumettre à l’opération militaire la plus violente depuis 30 ans pour renforcer par la suite le blocus ne permettra pas à l’Etat israélien de garantir la sécurité de ses habitants. Par ailleurs, l’enfermement politique, le refus de tout dialogue avec les représentants élus du Hamas, à défaut de l’amoindrir, créent les conditions d’une plus grande radicalisation.

La campagne « Territoires palestiniens, non à l’enfermement ! » est lancée par la Plateforme des ONG pour la Palestine dans le but de sensibiliser et informer sur l’enfermement, l’asphyxie des Territoires palestiniens provoquée par la colonisation, le Mur en Cisjordanie ou les expulsions récentes à Jérusalem Est…Le symbole exacerbé de cet enfermement est le blocus que subit, depuis des années, la bande de Gaza.

En 2009

AgendaTous les événements

Annonces