« Le destin confisqué » d’Issouf Maha

Publié le :

Dans le cadre de « Lire à Limoges » qui se tiendra au Champs de juillet du 3 au 5 avril, la Maison des Droits de l’Homme* accueillera sur son stand Issouf Maha ancien maire de Tchirozérine (située au nord d’Agadez) qui est chargé de la communication à la Cellule Politique du Mouvement Nigérien pour la justice (MNJ) en Europe. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la situation des Touaregs dans le nord-Niger.

Deux conférences sont prévues en Limousin où l’intervention d’Issouf Ag Maha sera précédée de la projection du film « Niger : la bataille de l’Uranium » produit par Bernard Vaillot (Galaxie Presse) avec l’appui de France 5 et du CNC :

- Limoges le jeudi 2 avril à 20h30 salle Blanqui (annexe 3). Avec l’appui de Chlorophylle, le CCFD et les Amis de la Terre

- Tulle le vendredi 3 avril - salle Marie Laurent (19 avenue Alsace Loraine). Avec l’appui de Corrèze Environnement et Mashikuna dans le cadre de la Semaine du Développement durable

Il expliquera la situation politique du Niger et les enjeux de la guerre qui s’y déroule, des raisons de cette nouvelle révolte qui a repris depuis deux ans dans une certaine indifférence des gouvernements et des médias internationaux. Pour les deux soirées film "Niger : La bataille de ’Uranium" qui a été diffusé sur France 5.

Depuis février 2007, le nord du Niger est le théâtre de graves affrontements opposant le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) au pouvoir central. L’état d’urgence a été décrété en août 2007 dans la région d’Agadez et sans cesse reconduit donnant ainsi les pleins pouvoirs à l’armée : exécutions sommaires ciblées, arrestations arbitraires, destruction des moyens de subsistance des nomades, populations déplacées, ONG interdites, et, radio et presse muselées sur l’ensemble du Niger.

Issouf Maha nous interpellera aussi sur les conditions dans lesquelles la France, par le biais de la société Areva, exploite leur terre depuis 40 ans pour y retirer l’uranium. Aujourd’hui, environ 150 concessions pour exploiter l’uranium ont été vendues à différents pays ce qui induit pollution (radioactive) et destruction, d’une économie, de toute une culture dans cette région du Nord Niger.

*Cette action s’inscrit dans le cadre d’un programme activités soutenu par la Région Limousin.

« Le destin confisqué » d’Issouf Ag Maha, avec une préface de Pierre RABHI - Octobre 2008, Tchinaghen Editions :

JPEG - 10.2 ko

La guerre bat son plein sur toute la partie septentrionale du Niger avec son cortège de deuil, de haine et de désolation. Le gouvernement nigérien tente vainement de discréditer la rébellion du MNJ en qualifiant le phénomène de banditisme bénin ; pourtant les accrochages se multiplient dans l’Aïr et l’armée se venge sur les civiles qui sont massacrés en toute impunité. La classe politique et la presse indépendante prises en otage par un régime qui s’endurcit chaque jour davantage observent un silence de démission.
Issouf Ag MAHA nous plonge à travers les péripéties d’un peuple souvent incompris, dans les méandres d’une rébellion touarègue oubliée des médias et de l’opinion internationale.
Par cet acte, il tente de comprendre pourquoi les siens se sont vus contraints de prendre les armes pour se faire entendre face à la politique oppressive des pays qui les hébergent. Il nous décrit comment ce peuple, malmené par un Etat censé le protéger et stimulé par la course effrénée à l’énergie nucléaire, assiste sans recours à la confiscation de son territoire et de son destin.
Après "Touareg du XXIe siècle" en 2006, "Le destin confisqué" est un témoignage saisissant, le cri du cœur d’un homme attaché à son pays, à sa culture et à la liberté. Avec les témoignages de Ibrahim Manzo Diallo, BMT (ancien travailleur des mines), Alain Joseph et Pierre Schmitt. Postface de Michel Pons - Photographies : photos exclusives de l’auteur, et photos de Samuel Bourguet, Marielle Cartiaux et Pierre Schmitt.

En 2009

AgendaTous les événements

Annonces